• Img3

    Img3

  • Img5

    Img5

  • Img2

    Img2

  • Img1

    Img1

  • Img4

    Img4


Les mines de cuivre (situées à l’ouest) appartenaient aux abbés et étaient exploitées, mais nous n’avons que peu de documents sur cette catégorie de travailleurs à cette époque. Au cours du 13ème siècle, une petite bourgeoisie se met en place : défrichements, évolution des techniques, commerce plus florissant, augmentation de la population. Elle réclame plus de libertés pour aller et venir, des allègements de redevances, des droits et des usages écrits…

Des chartes de franchises sont accordées, souvent assez tard dans le Lyonnais et le Beaujolais, celle de Chessy en 1272. Elles n’ont rien de démocratiques, les privilèges des seigneurs, ici des abbés, restent les mêmes.  En 1312, la région rentre dans les possessions  du royaume de France, sous le règne des Capétiens, Philippe IV le Bel.

La guerre de cent ans entre les royaumes de France et d’Angleterre amène sa cohorte de calamités dans les campagnes. Mais le roi Charles VII de Valois, a besoin de nouvelles sources de minerais, il envoie son Grand Argentier, Jacques Cœur, dans la région. Ce dernier, en relation d’affaires avec la Famille lyonnaise Baronnat qui possédait depuis le début du XVème  siècle une partie de mines de Chessy, s’associe avec elle. Mais l’arrestation et la confiscation des biens de Jacques Coeur font passer l’exploitation de ces mines sous l’autorité de la royauté. (ordonnance du roi avril 1455).