• Img3

    Img3

  • Img5

    Img5

  • Img2

    Img2

  • Img1

    Img1

  • Img4

    Img4


La vallée d’Azergues a toujours été une région de passage entre le val de Saône, la vallée du Rhône et l’accès à l’ouest du pays. Des hommes de l’époque néolithique (8000-5000 av JC), peut-être du paléolithique (60 000 ans av JC) se sont arrêtés sur les terrains qui bordent la rivière, Azergues, face au site actuel du village de Chessy.

Lors de la construction de la déviation, en 1979, de la route CD 485, un certain nombre d’éclats, de racloirs, de pointes de flèches… ont été mis à jour permettent d’étayer ces hypothèses.

De même, des vestiges gallo-romains trouvés dans un champ, le long de la route du Breuil, (gardés au musée gallo-romain de Lyon), attestent la présence d’habitat celte, les Ségusiaves, et plus tard, de villa (domaine) romaine.

Dès le 6ème siècle av JC, le peuple gaulois, les Ségusiaves, travaillent le bois, la poterie, le verre et la métallurgie (peut-être utilisaient- ils déjà le cuivre sur le site des mines, mais rien ne permet de le prouver).

Vers le 1er siècle ap JC, les Romains s’installent au lieu de la confluence de la Saône et du Rhône et fondent Lugdunum. Ils prospectent les vallées de l’ouest et installent des colons qui amènent à la cité, alimentation, eau, minerais…

Une villa dite de Cassius s’érige sur le site de Chessy et perdure trois ou quatre siècles. La vigne est cultivée.

L’ensemble de l’empire romain se convertit peu à peu au christianisme. Les invasions germaniques des siècles suivants entraînent une période de désordres, guerres, épidémies, famine…

Suite à ces exactions, un regain spirituel s’empare de la population ; des évêques du diocèse de Lyon consacrent alors l’emprise de la religion sur toute la région qui se trouve sous l’autorité des Burgondes ; ils figurent parmi les possédants, disposent de fortunes appréciables, contrôlent les rouages de l’économie et installent hors des murs de la ville, des abbayes, véritables places fortifiées.